Certains syndicats ne veulent pas comprendre.

Mardi 10 octobre 2017 — Aujourd’hui, dans le secteur de l’industrie technologique, quelques centrales syndicales font grève dans certaines régions. C’est le cas à Bruxelles, dans le Brabant wallon et à Liège où la MWB-FGTB a décidé d’une grève de 24 heures. La CSC, la CGSLB et la FGTB Métal flamande ne participent pas. Agoria considère les actions de la MWB-FGTB totalement déplacées.

En région liégeoise, on note que cinq entreprises des secteurs d'Agoria sont totalement à l'arrêt comme la FN, Magotteaux et Technical Airbone Components, et quelques-unes enregistrent une perte de leur production de plus de 50 pour cent. À Bruxelles, Audi et ses fournisseurs sont à l'arrêt.

Les syndicats concernés estiment nécessaire de faire grève car ils ne sont pas d’accord avec la politique du gouvernement. Dans un premier temps, c’étaient les syndicats du secteur public qui avaient annoncé des actions. Une extension au secteur privé est totalement déplacée – que l’on apprécie ou non le travail du gouvernement.  L’action de la MWB-FGTB nuit à la crédibilité de la concertation sociale car il s’agit d’une attaque brutale contre l’économie et l’emploi.

Nos entreprises mettent tout en œuvre pour préserver ou renforcer leur compétitivité en innovant et en investissant. Grâce à ces efforts, plusieurs milliers d’emplois ont déjà été créés ces dernières années. La MWB-FGTB décide à présent de leur mettre des bâtons dans les roues et de menacer des emplois. Au sein des entreprises internationales, la concurrence des sociétés sœurs étrangères est rude – et ce sont précisément ces sociétés qui se réjouiront de l’action de la MWB-FGTB.

Alors que dans la plupart des cas, les partenaires sociaux consentent de nombreux efforts, tant au niveau des entreprises que des secteurs, pour que la concertation sociale se déroule de manière constructive, la MWB-FGTB fait le choix d’une confrontation inutile.

Heureusement, d’autres syndicats ont cette fois compris que s’opposer au gouvernement en faisant grève au détriment des entreprises n’est pas la voie à suivre.