Exportations vers l’Arabie saoudite : l'industrie demande l’application des règles en vigueur

Agoria Wallonie : « Une action unilatérale de la part de la Belgique n’aurait aucun effet »

Mardi 5 janvier 2016 — Agoria Wallonie comprend parfaitement la nécessité de suivre à la lettre les règles du commerce international en matière d’équipement de sécurité et de défense. Pour autant, la fédération des entreprises technologiques estime qu’une rupture des relations commerciales avec l’Arabie saoudite serait inefficace sur le plan diplomatique et aurait des conséquences économiques néfastes.

Les exportations de ce type de matériel sont déjà soumises à une réglementation spécifique très stricte, revue récemment en Wallonie et qui correspond aux plus hauts standards internationaux. Agoria demande purement et simplement que cette réglementation soit appliquée afin de respecter nos engagements internationaux et garantir une sécurité juridique minimale aux entreprises concernées.

L’Arabie saoudite est un partenaire économique et diplomatique contre lequel aucun embargo international n’a été déclaré. La Wallonie étant un petit Poucet dans le commerce mondial de la sécurité et de la défense, toute action unilatérale de notre part n’aurait donc aucun effet : seule une approche européenne, voire internationale, a du sens.

Agoria soutient donc les démarches du gouvernement fédéral visant un dialogue constructif avec l’Arabie saoudite. Ces actions auront plus de poids si elles sont menées par un partenaire de confiance et dans le cadre d’une approche européenne cohérente.

Au niveau purement économique, Agoria rappelle que les échanges commerciaux avec l’Arabie saoudite et ses alliés représentent un poids important pour notre économie et que nos relations commerciales avec ces pays vont bien au-delà des équipements de défense et sécurité. Toute action unilatérale dans ce domaine précis aura des répercussions sur les autres secteurs économiques, dans l’industrie et ailleurs.